Témoignages de rescapées

Larissa Cain, rescapée du Ghetto de Varsovie, et Ida Grinspan, rescapée d’Auschwitz, viennent nous apporter leur témoignage à Copenhague. Vous êtes invités à les rencontrer.

Larissa Cain, auteure, rescapée du Ghetto de Varsovie, témoigne.

unnamed

Larissa Cain interviendra :

  • au Franske Bogcafé le 26 mai 2014 à 17h (ouvert à tous)
  • à l’institut Français le 27 mai 2014 à 17h (ouvert à tous)
  • au Lycée Francais Prins Henrik auprès des élèves les 27 et 28 mai 2014

Larissa Cain est née en 1932, non loin de Cracovie. Dès sa première année, sa famille s’installe à Varsovie. Elle y subit la montée de l’antisémitisme puis l’occupation allemande et l’enfermement des Juifs dans le ghetto de Varsovie en novembre 1940. À l’âge de 10 ans, en décembre 1942, Larissa Cain s’échappe du ghetto grâce à un oncle et vit cachée dans différentes familles. Après la guerre, elle arrive en France en 1946 où elle devient docteur en chirurgie dentaire orthodontiste. Depuis la fin des années 1970 elle milite pour la Mémoire de la Shoah et est devenue membre de plusieurs organisations. Elle vit aujourd’hui à Paris et a écrit plusieurs ouvrages dont certains sont des recueils de ses souvenirs : J’étais enfant à Varsovie (1997), Une enfance au ghetto de Varsovie (2003), Ghettos en révolte (2003), Irena Adamavicz (2009), L’errance d’Oleg Lerner (2011), Helena retrouvée (2013).

Ida Grinspan, rescapée d’Auschwitz, auteure de “J’ai pas pleuré”, témoigne.

unnamed (1)

Ida Grinspan interviendra :

  • au lycée Français auprès des élèves du Lycée Francais le 2 juin 2014
  • à l’Ambassade de France le 4 Juin 2014 (ouvert à tous)
  • et au Franske Bogcafé le 3 Juin 2014 (ouvert à tous)

Ida Grinspan est née en 1929 à Paris. Cinq ans auparavant ses parents avaient fui l’antisémitisme qui sévissait alors en Pologne. En juin 1940, Ida est envoyée en nourrice à la campagne afin de vivre dans de meilleures conditions. Elle apprend l’arrestation de sa mère en juillet 1942 (rafle du Vel d’Hiv’). Ida est elle-même arrêtée par la police française en janvier 1944. Elle est transférée à Drancy puis déportée à Auschwitz-Birkenau en février 1944. Paraissant plus âgée qu’elle ne l’est en réalité, elle échappe à la chambre à gaz et est affectée à différents commandos de travail. En janvier 1945, lorsque le camp est évacué par les Nazis, elle est emmenée dans une de ces terribles « marches de la morts » jusqu’à Breslau puis Ravensbrück. Malade, elle est évacuée à Neustadt, et soignée par une infirmière polonaise déportée. En mai 1945, elle est évacuée par les Soviétiques dans un hôpital militaire, puis rapatriée en France. Depuis les années 1990, Ida Grinspan témoigne notamment dans les établissements scolaires. Elle est également membre de l’Union de l’Amicale des déportés d’Auschwitz et a écrit le récit de ses souvenirs avec B. Poirot-Delpech dans un livre intitulé J’ai pas pleuré (2002).