Politique anti-harcèlement

Plan d’action et de prévention contre le harcèlement (« Mobning ») au Lycée Français Prins Henrik

Définition du harcèlement (« Mobning »)

Situation qui apparaît lorsqu’une personne subit un harcèlement répété et systématique de la part d’une ou de plusieurs autres personnes. Le harcèlement est caractérisé par une répartition inégale de pouvoir entre les personnes impliquées. Ce harcèlement peut être psychique, physique et/ou verbal.

Politique de lutte contre le harcèlement (adoptée lors de la prérentrée d’août 2011)

Objectifs

  • Découvrir les cas de mobning le plus tôt possible et y remédier le plus rapidement possible.
    • A chaque début d’année scolaire chaque enseignant/professeur principal élabore/revoit son code de vie définissant ainsi comment interagir dans la classe.
    • Au cours de l’année scolaire est dispensé dans toutes les classes un enseignement des compétences sociales : communication, gestion de conflits, empathie et gestion de la colère, à l’aide de jeux de rôle et de débats en classe.
    • Un suivi régulier du bien-être de la classe est assuré grâce à des entretiens avec les élèves et les parents, notamment lors des rencontres individuelles parents/enseignants.
    • Deux ou trois fois durant la scolarité de l’enfant, l’anti-mobning est mis à l’ordre du jour des rencontres parents-professeurs afin d’évoquer ce que les parents peuvent faire pour éviter le mobning.
    • Un groupe est constitué de professeurs et d’employés de la garderie ayant pour objectif de coordonner le travail sur le bien-être et le suivi des dossiers en cours.
    • L’association des élèves de l’école soutient le travail à travers des campagnes anti-mobning tous les deux ou trois ans.

Sur le moyen et le long terme, l’école souhaite travailler avec de la « peer education » (éducation entre pairs), où des élèves sélectionnés des grandes classes sont avec des élèves plus jeunes pendant les récréations en tenant le rôle de modèles et de « stoppeurs » de conflits.

Plan pour l’égalite pour tous 2016

Cellule d’écoute

La cellule d’écoute a été créée en décembre 2011. Elle a pour vocation d’être une aide pour les collègues afin de remettre en perspective un problème, une situation qui ne se résout pas malgré les efforts entrepris par l’enseignant.

  • Objectifs

La cellule d’écoute a pour ambition de travailler en collaboration avec l’enseignant sur :
– l’esprit de groupe au sein de la classe
– les difficultés relationnelles
– les situations de harcèlement et remédier à cette situation.

  • Les outils

La cellule d’écoute s’inspire de la méthode danoise AKT (Adfærd, Kontakt og Trivsel) qui vise le bien être de l’enfant au sein ou en dehors de la classe. La cellule d’écoute n’intervient qu’à l’initiative des enseignants.

Pour aider une classe, un groupe ou un enfant, la cellule d’écoute peut, en fonction de la situation :
– assister à des réunions de vie de classe.
– organiser des entretiens individuels ou en groupe entre acteurs de la cellule d’écoute et les enfants concernés.

  • Communication

Selon la situation, l’enseignant communiquera avec les parents. En cas de harcèlement les parents concernés seront informés.

  • Membres de la cellule d’écoute

La cellule d’écoute est composée d’une équipe de 5 personnes travaillant à la garderie (SFO), au niveau du primaire et du secondaire :
Alban Vidal : enseignant du primaire
Olivia Tellier-Savary : enseignante du primaire
Sophie Lazortes : enseignant du secondaire
Patrick Desrues : vie scolaire, secondaire
Marijn VOSSEN : animateur à la garderie (SFO)
Nicolas DROUILLON : infirmier / responsable de la scolarité.